Nomadisme & écriture

Ce mois-ci, cela fait deux ans qu’Éric et moi sommes nomades. Nomades, c’est-à-dire en mouvements ; nomades : de lieu en lieu — d’espaces en espaces. Les paysages défilent, l’asphalte, les parkings, les plages, les retraites, les visages, toutes les mailles d’un réseau sur lequel danser, un ensemble de joies immenses et de galères moindres, un […]

11 juin 2019

[Coma Berenices.] La lune noire a duré presque une semaine : le premier croissant se couchait avec le soleil — un trait lumineux au-dessus des collines, jaune d’or, presque orangé, à peine une heure. Alors, la nuit s’emplissait d’étoiles et Jupiter se reflétait sur la mer, l’on aurait pu voir la traîne blanche de la […]

24 mai 2019

Sur la presqu’île, les routes dessinaient des méandres • fourches et bifurcation, jusqu’au labyrinthe. Un paysage désert strié de lignes grises onduleuses et inutiles : des rues numérotées, sans pavillons, sans humains, sans terrains vagues. Certaines m’auraient emmenée à une villa isolée, d’autres auraient terminé en impasse, je ne les ai pas empruntées, un demi-tour […]

12 mai 2019

La sauge de Jérusalem recouvre de jaune les montagnes, les pieds légers évitent les orchis qui fleurissent si discrètes, dans les chemins rocailleux l’œil avisé distingue les tortues des pierres, les vipères paressent, les oliviers de bohème parfument les plages et la sarriette les collines, et puis ces mille fleurs au nom inconnu, les nuits […]

26 avril 2019

Tiranë, à la place de Travnik non traversée, pour illustrer la frustration de ne pas pouvoir en lire la Chronique par Ivo Andrić. (Nous n’irons pas non plus à Višegrad, mais avons franchi la Drina à Foča — le bleu-vert de l’eau aux abords de la forêt primaire.)

11 avril 2019

Et j’ai vu les jardins de Marienbad longer la mer. « (…) dans un passé de marbre, comme ces statues, ce jardin taillé dans la pierre, (…) comme si je passais entre deux haies de visages immobiles, figés, attentifs, indifférents, tandis que je vous attendais déjà, depuis toujours, et que je vous attends encore, hésite encore […]

3 avril 2019

Comme une frontière. • Je crois que la mer s’achève ici, dans cette anse. Qu’elle vient y mourir, s’oublier, s’ensabler dans les déchets végétaux, se noyer dans les traînées d’écorces et de feuilles en décomposition où poussent les pimprenelles. Que s’il y a des rivages où elle naît et d’autres qu’elle visite, aux creux de […]

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut