Monfalcone

3 avril 2019

Comme une frontière. • Je crois que la mer s’achève ici, dans cette anse. Qu’elle vient y mourir, s’oublier, s’ensabler dans les déchets végétaux, se noyer dans les traînées d’écorces et de feuilles en décomposition où poussent les pimprenelles. Que s’il y a des rivages où elle naît et d’autres qu’elle visite, aux creux de celui-là elle se cache • exsangue.

Monfalcone

*

La calme sensation d’infini qui nous habite. (Il paraît que les montagnes existent — au loin.)

Monfalcone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut